Marie et Jeanne - Sann

logo-sann-moyen

L’HISTOIRE DE SANN

 

C’est d’abord l’envie d’une nouvelle vie et de nouveaux challenges personnels qui ont poussé les deux cousines Jeanne et Marion à se lancer dans l’aventure.

Jeanne voulait quitter Paris après 5 années passées dans le marketing. Marion, après 3 ans dans la restauration entre Shanghai et Bangkok, voulait enfin vivre d’une activité qui la passionnait.

Puis, au fil des voyages et des rencontres, la volonté de créer des accessoires inspirés des régions qu’elles ont visitées a pris le dessus : des accessoires inspirés d’ailleurs.

Des accessoires qui reflètent l’identité d’un pays, d’une ethnie, d’une culture. Mais des accessoires qui s’intègrent dans la vie de tous les jours. Des accessoires ethniques chic, pour la maison et pour soi ! 

C’est dans ce cadre que leur projet s’est nourri et construit.

 

DONNER DU SENS

 

Le point de départ du projet Sann semble d’abord être une évidence pour nous : produire en petites séries en s’assurant que toute la chaîne de valeur soit effectuée dans le respect de l’humain.

Concrètement, cela passe par une bonne rémunération des personnes qui tissent, brodent, cousent et assemblent. Nous voulons mettre en avant et valoriser un savoir-faire.

Le savoir-faire de ces tisserands, couturiers et artisans qui passent du temps à réaliser chaque pièce. Le temps… une notion qui est associée chez nous au stress, au “faire toujours plus vite”. Nous avons la conviction que prendre le temps de réaliser une housse de coussin, une pochette, un sac, cela fait des artisans heureux.

Et encore plus heureux si ce temps est rémunéré à sa juste valeur.

L’INSPIRATION ASIATIQUE

 

Sann puise initialement ses influences entre le Vietnam, le Laos, le Cambodge, la Birmanie et la Thaïlande, région riche en groupes ethniques, riche en traditions et riche en savoir-faire ancestraux. C’est une région du monde qui nous touche particulièrement, la grand-mère de Marion étant vietnamienne.

En vietnamien, le mot “xanh” prononcé “sann” signifie à la fois la couleur du bleu et du vert, une couleur intense et douce à la fois. Le mot Sann, selon le suffixe qu’il a, peut désigner à la fois le bleu de l’eau, mais aussi le vert de la feuille d’un arbre. Le bleu du ciel est nommé “xanh da tro’i” et celui de la mer Méditerranée “xanh nu’oc biên”. En Asie, nous sommes tombées sous le charme du vert des feuillages, des forêts, de la jungle, des collines… une nuance encore différente de xanh, le “xanh la cay”. Alors, nous avons choisi de placer nos créations et nos articles sous cette couleur “xanh”, si belle et si changeante. Il est le reflet discret de l’ancrage asiatique que nous voulions lui donner. Et puis, notre couleur préférée est le bleu (normal venant de Montpellier toutes les deux !).

Pour la petite histoire (véridique), c’est aussi le nom que portait le petit poisson bleu de Marion quand elle était petite…

 

DES SAVOIR-FAIRE TRADITIONNELS

 

tissage-sann

Pour sa première collection, Sann s’inspire des tissus et des motifs du Nord-Ouest de la Thaïlande, une région à la frontière de la Birmanie, réputée pour le travail de tissage des ethnies montagnardes comme les Karens et les Hmongs. Tous nos produits sont réalisés à la main.

Nos paniers, sacs ou autres accessoires en fibre végétale comme le kajood, la jacinthe d’eau, la jute ou le bambou, sont tous tressés à la main par des artisans du nord de la Thaïlande.

Certains articles, comme nos housses de coussin, sont teints et tissés entièrement à la main. La technique de tissage utilisée est celle des métiers à bras, unique au monde. Elle est fondée sur l’agencement de tiges de bois au travers d’une trame de fil de coton.

Les femmes de ces ethnies montagnardes colorent également elles-mêmes les fils de coton à l’aide de pigments minéraux ou d’extraits de plantes. Une fois la couleur fixée avec du riz bouilli, le coton nécessite un dernier séchage au soleil avant d’être mis en pelote et utilisé pour leur métier à bras. C’est tout un processus artisanal qui demande du temps.

 

MAIN DANS LA MAIN

 

logo weave

Nous avons fait la connaissance de Mong en 2017. Elle est une des personnes en charge de l’association thaïlandaise WEAVE (Women’s Education for Advancement and Empowerment). L’association a été créée en 1990 avec pour vocation première de soutenir et aider les femmes à être indépendantes financièrement. Ce projet nous a immédiatement touché.

 

 

Mais l’association a vite évolué. Et cela avec l’arrivée massive de réfugiées birmanes en Thaïlande. C’est en 1994 que WEAVE a développé un partenariat avec des associations de femmes réfugiées. L’idée était de créer des opportunités business pour ces femmes, de leur rendre toute la liberté dont elles ont besoin, elles et leurs enfants, pour qu’elles vivent en paix et qu’elles participent à leur émancipation.

Le travail de WEAVE se porte essentiellement sur la région frontalière entre la Birmanie et la Thaïlande, dans des camps de réfugiées Karen et Karenni, mais aussi dans les villages Karens, établis depuis des années dans les montagnes thailandaises. WEAVE apprend à ces femmes comment valoriser l’or qu’elle ont dans leurs mains, à savoir des techniques ancestrales de tissage. WEAVE les forme à la couture, à perfectionner leur apprentissage du tissage et surtout à gérer une micro entreprise.

C’est dans ce cadre là que l’action de Sann s’inscrit. Nous travaillons avec WEAVE sur des créations uniques d’accessoires faits à la main. Chaque pièce porte la signature d’une tisserande et d’une couturière Karen.

 


Nous avons rencontré Paï à Bangkok alors qu’elle tenait un stand au marché de Chatuchak à Bangkok. Nous sommes tout de suite tombées sous le charme de ses créations.

Elle a créé la marque Hyena en 2008 où elle propose différentes créations en coton ou en lin. Cela va de la pochette à la jupe. Elle maîtrise parfaitement la technique du Tie & Dye et la qualité de ses créations est remarquable.

Nous avons souhaité profiter de son savoir-faire pour commercialiser des housses de coussin à l’allure bohème chic.

 

Pour la création des housses de coussin Tie & Dye, nous avons étudié ce processus. Le Bleu Indigo est la couleur qui sert à faire le Tie and Dye. Elle est préparée à la main dans le Nord de la Thaïlande. Ce bleu est obtenu de manière naturelle à partir de plantes. Seule la couleur bleu marine est obtenue en mélangeant des plantes et une préparation chimique de couleur, pour des raisons de praticité et de coûts.

Les designs sont créés par Paï elle-même. La production de tous les articles est gérée par une petite équipe de 6 personnes : 3 couturiers et 3 personnes pour la teinture. Il faut compter en tout un mois pour produire une housse de coussin en Tie and Dye.

Comme toute production artisanale, chaque housse de coussin est unique. Cela signifie que chaque accessoire détient une petite particularité.

Le Tie & Dye a toute sa place dans la décoration d’aujourd’hui. Il apporte une touche fraîche et bohème à la maison.

pai
villageois-thailande
travail du textile
tissage
TISSERANDE
VILLAGE
TISSERANDE
artisanat-thailandais

@ SUIVEZ-NOUS !