sann-début-aventure

Le début de l’aventure Sann

C’est d’abord la passion de chiner, de décorer et de créer qui nous rassemble : jouer sur les matières, les couleurs et la provenance exotique des objets. Nous avions chacune de notre côté un goût très marqué pour les accessoires ethniques chics. Nous ramenions toujours de voyage sacs, pochettes, bracelets, foulards, objets de déco…

C’est ensuite l’envie d’une nouvelle vie et de nouveaux challenges personnels qui nous ont poussés à se lancer dans l’aventure. Originaires de Montpellier, Jeanne voulait quitter Paris où elle vivait après 5 années passées dans le marketing. Marion, quant à elle, après 3 ans dans la restauration entre Shanghai et Bangkok, voulait enfin vivre d’une activité qui la passionnait.

Aussi, pour notre vie future, nous avons voulu donner plus de sens à notre travail.

sann-thailande-village
 

Les voyages, la source d’inspiration première

Puis, au fil des voyages et des rencontres, la volonté de créer des accessoires inspirés des régions que nous avons visitées a pris le dessus : des accessoires inspirés d’ailleurs. Des accessoires qui reflètent l’identité d’un pays, d’une ethnie. Mais des accessoires qui s’intègrent dans la vie de tous les jours. Des accessoires ethniques chics, pour la maison et pour soi !

Travailler autrement

Enfin, cela a été une évidence pour nous : produire en petites séries en s’assurant que toute la chaîne de valeur soit effectuée dans le respect de l’humain. Concrètement, cela passe par une bonne rémunération des personnes qui tissent, brodent, cousent et assemblent. Par bonne rémunération nous entendons que ce sont les artisans qui fixent leurs prix, sans négociation.

tissage-village-thailandeNous voulons mettre en avant et valoriser un savoir-faire. Le savoir-faire de ces tisserands, couturiers et artisans qui passent du temps à réaliser chaque pièce. Le temps…une notion associée chez nous au stress, au « faire toujours plus vite ». Nous avons la conviction que prendre le temps de réaliser une housse de coussin, une pochette, un sac, cela fait des artisans heureux. Et encore plus heureux si ce temps est rémunéré à sa juste valeur.

En faisant travailler ces artisans et ces communautés, nous voulons, à travers Sann, participer au maintien et au développement de l’artisanat d’Asie du Sud Est.

C’est dans ce cadre que Sann a vu le jour.

Auteur

Jeanne Le Doucen

Laisser un Commentaire