Sann soutient les femmes issues des minorités ethniques

Nous travaillons main dans la main avec l’association thaïlandaise WEAVE (Women’s Education for Advancement and Empowerment) pour la confection de nos housses de coussins tissées à la main. Leur action nous touche beaucoup. Et nous voulions vous en parler.

Le projet WEAVE

L’association WEAVE a été créée en 1990 avec pour vocation de soutenir et aider les femmes issues de minorités ethniques. Ces femmes vivent dans les collines de la frontière thai et birmane. Majoritairement, elles appartiennent à la communauté des Karens. La plupart du temps elles sont marginalisées dans la société car elles ont un mode de vie différent :  elles s’habillent de façon traditionnelle, elles vivent dans des villages isolés avec un accès très limité à l’électricité… et cela les empêchent d’être facilement intégrées à la société moderne. Ces femmes sont pourtant très fières de leurs traditions et leurs origines. Elles nécessitent donc de l’aide pour pouvoir subvenir aux besoins de la famille.

Mais avec l’arrivée massive de réfugiés birmans en Thaïlande en raison de la guerre civile, la mission de WEAVE a un peu évolué. En conséquence de cette guerre, les femmes et les enfants se sont retrouvés vulnérables, sans un sou et vivant dans des conditions très précaires. Les femmes doivent relever des défis tels que fournir un revenu à leur famille, donner à leurs enfants un accès à l’école et un droit à la santé.

Finalement, la mission de WEAVE est d’aider ces femmes à être indépendantes financièrement.

Comment aider ces minorités ethniques concrètement ?

L’idée est de créer des opportunités business pour ces femmes afin de leur rendre toute la liberté dont elles ont besoin, elles et leurs enfants. Ces opportunités participent à leur émancipation. Weave leur apprend à développer et consolider leurs compétences dans la couture, le tissage et la broderie. Ces femmes ont déjà pour la plupart appris à se servir de métiers à tisser mais n’ont pas les compétences entrepreneuriales pour en vivre. Weave devient alors pour elles un réseau de commercialisation. Elles peuvent désormais vendre leurs créations, en vivre et se perfectionner chaque jour. 

Et Sann dans tout ça ?

On a rencontré Mong à Chiang Mai (grande ville du Nord de la Thaïlande) pour la première fois. Elle est une des figures de Weave. On lui a présenté notre projet de création d’accessoires ethniques et chics, dont la confection a du sens. Marion lui a montré ses dessins et on a travaillé ensemble pendant de longs mois pour trouver les designs que les Karens pouvaient réaliser, en fonction des contraintes de tissage. Pour le moment, nous avons créé main dans la main des housses de coussin. Et le résultat est vraiment bien…et bientôt sur le e-shop d’autres jolies créations seront disponibles !

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez lire plus d’informations sur l’asso, nous vous invitons à vous rendre sur le site http://www.weave-women.org/ ou les suivre sur Facebook : Women’s Education for Advancement and Empowerment (WEAVE)

Auteur

Jeanne Le Doucen

Laisser un Commentaire